Erismena 🗓 🗺

FRANCESCO CAVALLI

Erismena de Cavalli, créé à Venise en 1655, témoigne du goût spécifiquement vénitien pour le travestissement, pour le mélange des genres comiques, tendres et tragiques. À travers les jeux de la séduction et de l’amour, l’œuvre de Cavalli nous incite à voir dans la passion amoureuse un aveuglement fatal, l’aliénation même de la liberté.
E rismena est un véritable enchantement baroque. Pas pour son intrigue, typique du genre, qui abonde en identités déguisées, en coups de théâtre, en révélations. Mais pour sa partition si belle dans ses atmosphères et l’accumulation de ses airs. La mise en scène de Jean Bellorini (également au Grand Théâtre en décembre 2018 avec Un Instant d’après À la recherche du temps perdu de Proust) est à la mesure de l’œuvre, baroque elle aussi, délicieusement baroque: elle n’est absolument pas réaliste, elle n’est pas reconstitution historique, elle est inattendue, décalée, drôle, surlignée, mais en toute légèreté.

Sa scénographie est aussi surprenante que pertinente, baroque donc: le lieu de toutes les situations est un immense sommier métallique suspendu; des ampoules éclatent chaque fois qu’a lieu une révélation improbable.

Surtout, et c’est aussi son bonheur, elle se fonde sur de tout jeunes chanteurs remarquables de talent vocal et de présence scénique. Il est vrai qu’ils sont superbement accompagnés par la Cappella Mediterranea de Leonardo García Alarcón, des musiciens et un chef talentueux, qui sont chez eux dans ce répertoire-là.

» Sans machinerie ni chœur, le chassé-croisé amoureux s’opère par le biais d’une intrigue bien complexe que le metteur en scène sait naturellement clarifier malgré les fausses identités (connues ou non), le travestissement (élément typique du genre), la complexité des élans amoureux des uns et des autres ainsi que les trahisons et autres révélations. La soprano Francesca Aspromonte, Erismena très présente tout au long de l’action, est tout simplement une pépite par l’investissement vocal et scénique permanent qu’elle déploie. ResMusica, Charlotte Saulneron-Saadou 

» À nos oreilles, Erismena sonne comme une vraie fête baroque, avec son petit orchestre (douze musiciens) aux grands effets, son continuo chatoyant et fourni, ses couleurs instrumentales vives et chaleureuses, sa rythmique irrésistible. Télérama, Sophie Bourdais 

Direction musicale Leonardo García Alarcón 
Mise en scène & lumière Jean Bellorini 
Décors Jean Bellorini & Véronique Chazal 
Costumes Macha Makeïeff 
Maquillage & coiffure Cécile Kretschmar 
Collaborateur artistique à la mise en scène Mathieu Coblentz 
Assistante à la direction musicale,
cheffe de chant Monica Pustilnik 
Chef de chant Alessandro Urbano 
Conseiller musical & linguistique Fabián Schofrin 
Assistante aux costumes Claudine Crauland Erismena Judith Fa 
Idraspe Carlo Vistoli 
Aldimira Norma Nahoun 
Orimeno Jakub Józef Orlinski 
Erimante Alexander Miminoshvili 
Argippo Andrea Vincenzo Bonsignore 
Alcesta Patrick Kilbride 
Clerio Moro Paul Figuier 
Diarte Fabien Hyon 
Flerida Fiona McGown Orchestre Cappella Mediterranea 
Réalisation de la partition par Leonardo García Alarcón & Ariel Rychter 
Nouvelle production du Festival d’Aix-en-Provence & de son Académie 
En coproduction avec Les Théâtres de la Ville de Luxembourg; Calouste Gulbenkian Foundation  Première de cette production au Festival d’Aix-en-Provence le 7 juillet 2017

ical Google outlook Spectacles
Grand Théâtre de Luxembourg, Limpertsberg, Luxembourg, Canton Luxembourg, Luxembourg Carte